Article / top-chrono - le, 07/02/2015

L'alimentation sur le marathon des sables

SPORT- ULTRA TRAIL | MARATHON DES SABLES

Aimer un produit lyophilisé est un minimum, mais c'est surtout un atout pour éviter l'écoeurement sur la durée. Tester ses plats est donc primordial.

Laurent Michel, coureur d'expérience nous livre par les différents billets visibles sur son site Objectif Marathon des Sables 2015 sa vision du désert, sa préparation, ses conseils, ndlr.

Maintenant qu'on a défini la stratégie d'alimentation (voir le billet du 7 décembre dernier sur mon blog) il sachet lyophiliséreste une étape importante avant de sélectionner définitivement les produits, c'est de les goûter.
Entre l'image qu'on peut avoir d'un plat lyophilisé, son apparence et son goût réel, il y a souvent des différences, et en cas de grosse déception, une fois sur place vous ne pourrez pas vous dire "Beurk, il n'est pas bon, je vais manger autre chose !"
Il y a une seconde raison à s'assurer du caractère agréable de ce que vous allez manger, c'est aussi pour éviter l'écoeurement sur la durée. Il y a des choses qu'on aime, mais à en répéter la consommation tous les jours pendant une semaine, ça peut parfois virer au cauchemar. Donc même si ce n'est pas indispensable, si vous avez la possibilité de varier votre alimentation, n'hésitez pas à le faire.

Vous trouverez sur le net des tas de comparatifs produits. Si ceux-ci peuvent vous apporter un éclairage sur les aspects techniques (mode de réchauffage, durée, facilité d'usage,...), les avis qui portent sur la texture et le goût ne correspondront probablement à vos goûts.

Où trouver les produits ?

Là ça dépend de quoi on parle. Il y a deux grandes familles de produits à tester. D'un côté on a les plats et de l'autre tout le reste, que ce soient les desserts, les grignotage ou les en-cas.
Pour les plats lyo, vous avez 2 possibilités.

Vous avez un magasin qui en distribue près de chez vous et dans ce cas vous pouvez y faire une magasin vieux campeurpremière sélection. On en trouve un peu dans les grandes enseignes de sport, mais le choix peut être assez vite limité. Vous en trouverez aussi dans les magasins spécialisés dans le trekking, avec un choix souvent plus pointu, mais avec des produits pouvant présenter des packagings moins optimisés pour la course. Sur Paris un magasin comme Le Vieux Campeur dispose d'un rayon assez important.


Tester son alimentation

Si vous voulez élargir votre sélection ou si vous n'avez pas de distributeurs à proximité de chez vous il vous reste Internet.
Les sites de vente en ligne sont nombreux et permettent souvent d'avoir accès à des gammes de pimentproduits plus difficiles à trouver en boutique. Si je dois vous en conseiller un, c'est lyophilisé.fr. Il y a une offre absolument gigantesque et leur service est vraiment efficace avec des frais de livraison tout à fait raisonnables.

Pour les encas et le grignotage, là l'offre va nettement s'élargir.
Les boutiques spécialisées et les boutiques en ligne restent valables, mais là comme on ne va pas se limiter à des produits spécifiquement faits pour le sport, on va pouvoir aller chercher ça absolument partout.

Passer à l'acte

Pour les plats :
Testez en une dizaine pour commencer. Sur le lot, il y en a forcément qui ne vous plairont pas et en fonction de votre stratégie d'alimentation, il faudra probablement soit en doublonner certains, soit en tester de nouveaux.

Essayez de les tester chez vous à la place d'un repas. C'est important pour évaluer le caractère rassasiant du produit. Si vous le mangez chez vous, hors effort, et que vous avez encore faim après, demandez-vous ce que cela donnera après 8heures de course. Si vous le testez dans la journée entre les repas ou si vous goutez un peu de plusieurs produits en même temps, vous perdrez cette information. N'oubliez pas que ce sera probablement votre seul vrai repas de la journée !

Au delà de l'aspect gustatif, il faut profiter de ce test pour relever plusieurs éléments qui vous seront utile une fois en course. Faites vous un tableau dans lequel vous allez noter toutes ces informations. Si vous faites vos tests sur plusieurs semaines il sera difficile de se souvenir de tout à la fin. Soyez précis lorsque vous notez vos avis.

Pour ma part voilà les informations avec lesquelles je fonctionne.
- La Marque et le type de Plat : Pour bien identifier le produit. Des pâtes à la bolognaise, il y en a des dizaines !
- Le lieu d'achat et le prix : Ce sera utile pour passer la commande finale et pour comparer
- Les informations nutritionnelles : Je relève particulièrement les Kcal et les glucides, mais surtout les Kcal/100g ce qui va faciliter les comparaisons. Sur ce point un bon niveau d'équilibre tourne autour des 400-450 Kcal/100g. En dessous, vous allez être obligé d'emporter plus de volume pour avoir les 2000 Kcal nécessaires pas jour, et au dessus, cela signifie en général que votre plat apportera essentiellement des graisses.
- Le poids net du produit : C'est à dire le poids que vous aurez à porter une fois l'emballage alu enlevé.
- Réhydratation à l'eau chaude ou froide ? : Si pour le plat principal du soir on s'appuie très souvent sur un plat chaud, pour un encas sur la piste ou pour le repas d'arrivée, il peut être intéressant de ne pas avoir à chauffer de l'eau.
- Le volume d'eau nécessaire : Respectez-le à la lettre pour le test. Ensuite vous déciderez s'il faut en ajouter ou en enlever. Lorsque vous préparerez vos sachets, vous noterez dessus le volume d'eau et comme vous aurez gradué votre gamelle, vous retrouverez exactement la consistance que vous souhaitez.
- Le temps de réhydratation : Testez avec le temps recommandé et goutez. Souvent il faut les laisser un peu plus longtemps, sachant que des produits comme le riz sont souvent plus difficiles à réhydrater. Ces temps varient de 3-4mn à plus de 20mn suivant les marques, sachant que la réhydratation à l'eau froide est souvent plus longue.

Point d'attention. Soyez vigilant lorsque vous choisissez vos produits. Certains, comme par exemple feules oeufs brouillés, demandent souvent à être cuits dans une poële après réhydratation... ce qui n'est pas facile à gérer en mode course. C'est comme ça qu'une fois je me suis retrouvé à boire une soupe d'oeufs brouillés pas cuits. Ca apporte bien les mêmes calories, mais franchement, ce n'est pace que j'ai mangé de meilleur dans le désert.

A ces données techniques, vont venir s'ajouter votre ressenti perso. N'hésitez pas à noter un maximum de choses. Goût, odeur, texture, volume du plat, complément à apporter.
Un plat de 80g peut présenter un volume satisfaisant pour un encas d'arrivée, mais il faudra peut être le renforcer ou le doubler pour en faire un  plat du soir. Dernière information à noter. Je compte l'emporter ou pas ? Et si oui en tant que quoi ? Plat principal, encas ?
Il y a des plats ou tout de suite on se dit "non, ca va pas le faire".

J'ai eu ça avec un "boeuf chasseur aux pates" de chez Trek'n eat. Voilà ce que j'ai noté lors de la dégustation :
"Réduire un peu le volume d'eau (480=>450ml), laisser infuser plus longtemps (10 grosses minutes). Plat copieux, beau volume pour le soir, bon rapport poids/calorie (100g/399Kcl) mais un goût de champignons beaucoup trop présent pour moi."

Déjà à la maison, ce goût de champignon était trop fort pour moi, donc je me dit que sur le MDS dans les conditions de course, ca ne passera pas du tout.
Pour d'autres, comme par exemple les pâtes à la bolognaise de chez Voyager, j'ai noté que le volume (80g) était bien en collation mais que je devais y ajouter du fromage (le parmesan râpé est très bien pour ça) et pour un hachis, j'ai prévu de le renforcer en viande (on trouve des sachets avec juste de la viande hachée déshydratée).

Au fur et à mesure de mes tests je place les plats retenus dans les cases de ma liste d'alimentation.
Pour les en-cas :
N'hésitez pas à ratisser large. Beaucoup de sites permettent de commander les sticks, barres, gâteaux, à l'unité, ce qui est idéal pour tester. Globalement la méthode est la même mais les conditions de test sont plus simple car peu de choses sont à réhydrater.

Appuyez plus particulièrement sur l'aspect pratique. Emballage, facilité d'usage, et surtout est-ce qu'ils vous laissent une impression de sec dans la bouche. Si ça vous le fait ici, imaginez par 40°
D'ailleurs, pour ce que vous envisagez de consommer pendant la journée, tenez compte de la chaleur. Evitez par exemple ce qui est trop chargé en chocolat (vous comprendrez quand votre barre aura passée 4h par plus de 40°) gardez le pour le soir, et dites vous que certains gels qui passent bien par 15-20° deviennent impossible à avaler quand ils sont chaud (testé pour vous en Mauritanie).

Avec tout ça vous devez pouvoir vous faire une idée précise de votre alimentation. Ensuite il restera l'étape de la sélection finale, la répartition par jour, le tout en gardant à l'esprit le rapport poids/Kcal/volume.


Je reviendrai sur le sujet une fois que j'aurais terminé ma batterie de tests avec la liste détaillée de mes repas.


Crédit Photos : Michel Laurent / Cimbaly


Commentaires

comments powered by Disqus