Article / underground - le, 12/11/2014

Secours en montagne dans les Hautes-Pyrénées en 2014

Montagne – Accidents | La randonnée provoque 75% des secours en montagne

La neige fait son arrivée sur les massifs montagneux français, signifiant l’arrivée de la « mauvaise saison ». À l’heure où l’on raccroche les baskets et que l’on farte les skis, il est temps de faire un bilan de l’accidentologie en montagne sur les neuf premiers mois de l’année ; zoom sur la Préfecture des Hautes-Pyrénées, où l’on constate que près des trois-quarts des accidents ont lieu en randonnée.

Les Hautes-Pyrénées, c’est à la fois le Vignemale, le Pic du Midi, le Col du Tourmalet, le massif du Néouvielle… Autant de lieux emblématiques qui attirent chaque année nombre d’amoureux des grand espaces, qu’ils soient randonneurs, trailers, alpinistes…

Le pendant de cette fréquentation importante, c’est une accidentologie elle aussi importante. La Préfecture des Hautes-Pyrénées relève ainsi chaque année entre 300 et 350 interventions de secours en montagne sur le département, à mettre en parallèle avec les 5000 à 8000 interventions annuelles sur toute la France.

Accidentologie par activité

Sur les neuf premiers mois de l’année 2014, comme chaque année, on retrouve la randonnée pédestre largement en tête des activités pratiquées par les personnes secourues : 73,54%. C’est pourtant l’activité qui semble la moins risquée, la moins dangereuse !

À l’inverse, on ne trouve aucun secours, toujours dans ce département et de janvier à septembre, dans le cadre de la pratique du canyoning, de la spéléologie, de la via ferrata, de la cascade de glace, ou de l’escalade en falaise-école. Des activités qui semblent au premier abord bien plus accidentogènes… mais qui sont évidemment pratiquées par beaucoup moins de monde, et généralement par des gens plus aguerris à leur pratique. À l’inverse, la randonnée attire « n’importe qui », et parfois des gens absolument pas à leur place dans un milieu montagnard.

L’alpinisme (8,25%), le ski de randonnée (5,84%), la randonnée à raquettes (2,75%) et le VTT (2,41%) sont les quatre autres activités significatives en terme de secours en montagne dans les Hautes-Pyrénées.

Quelles conclusions en tirer ? Peut-être que quelle que soit l’activité que l’on pratique, on n’est pas à l’abri d’un accident. Il faut alors avoir prévu au maximum les choses en amont (itinéraire communiqué, téléphone mobile, matériel de sécurité) pour que l’organisation des secours se déroule au mieux. Sur les neuf premiers mois de l’année, 5 personnes sont décédées lors de secours en montagne dans les Hautes-Pyrénées.

Source : http://www.hautes-pyrenees.gouv.fr


Commentaires

comments powered by Disqus

Ultra Underground en partenariat avec WAA Ultra Equipment Ultra Underground en partenariat avec WAA Ultra Equipment